Accéder au contenu principal

L'Accouchement : Le jour J : Flashback

Coucou,
Aujourd'hui je vous parle de mon accouchement. 1 an après...
Je ne dirais pas que c'était le plus beau jour de ma vie, on souffre quand même hein ?! 
Mais si c'était à refaire, je le referais. 
C'est le jour ou j'ai enfin pu serrer ma fille dans mes bras.
Attention, tout les accouchements sont différents. Je vous parle de mon expérience. 
Nous somme le 15 septembre 2016, je me sens bizarre aujourd'hui. Je ressens plus de contractions que d'habitude.  Il faut dire aussi que j'ai fais le ménage hier (les vitres plus précisément). 
J'ai des contractions depuis cette nuit et ce matin
Il est 17h17 quand je commence à noter les heures des contractions. Pour moi, ce n'est pas aujourd'hui que je vais accoucher. Il me tarde bien sûr car je n'arrive pas à me bouger avec ce gros "bidou" et puis j'aimerais voir ma petite princesse. 
Les contractions continuent, elles sont vraiment gérable. Ce n'est que des petites fourmis dans le ventre et le ventre qui se tend, je n'ai pas de douleur particulière pour le moment. 
Avec mon conjoint on se pose quelques questions donc ont décide d'aller quand même à l’hôpital faire un petit bilan. On prend les valises au cas où. 
Avant ça on prend le temps de partir manger au restau, puis de passer voir ma cousine qui est étonnée de me voir noter mes contractions qui sont si rapprochées.

Vers 22h30 nous sommes à l’hôpital
Une sage femme me prend la tension puis me met le monitoring pour contrôler les contractions et voir où ça en est. 
Verdict, c'est bien des contractions de travail mais ce n'est que le début
Elle décide de me mettre en chambre quand même car nous n'habitons pas la ville où se trouve l'hôpital. 
Je préviens ma famille proche et je patiente avec mon conjoint.
Vers minuit les contractions commencent à se faire douloureuses
Je demande à la sage femme un ballon pour soulager mes contractions...
Je lui explique aussi mon envie d'accoucher naturellement sans péridurale

Plus le temps passe, plus les contractions sont difficiles à gérer. Dès que je m'assois c'est l'horreur, douleur et impossible de me relever tant que la contraction n'est pas terminée. 
Du coup j'essaye de ne pas m’asseoir et je me balance en me tenant à tout ce que je peux trouver. 
Je me sens coincer avec cette douleur qui ressemble fortement aux douleurs menstruelles multipliées par dix au moins. 
Le temps passe lentement... Mon conjoint commence à s'endormir... La sage femme vient régulièrement contrôler où ça en est... Je souffre tellement. Je répète sans cesse "ça va passer, ça va passer". J'ai l'impression d'être folle !

Vers 4h30 On me propose d'aller prendre un bain pour essayer de soulager la douleur. 
Le temps que la sage femme aille voir si la baignoire est disponible et qu'elle revienne il y a un petit problème au niveau du cœur de bébé qui n'est pas stable (ralenti à des périodes). Nous sommes obligés de passer en salle d'accouchement
J'ai peur, j'angoisse au maximum mais j'essaye de me calmer. 
On m'installe, on me pose une perfusion puis on vient m'expliquer qu'ils sont obligés de me faire la péridurale au cas où la césarienne soit nécessaire si bébé souffre. 
Je me prends une grosse claque dans la figure avec cette annonce. Mais si je suis obligée, je le fais pour le bien de mon bébé. 
Mon conjoint doit sortir le temps de faire la péridurale. L'anesthésiste rentre et me fais la piqûre. 
Elle ne me parle pas, ne m'explique rien et pique sans m'avertir. Heureusement une sage femme est avec nous, elle m'explique et me rassure. Je suis allongée, je ressens petit à petit de moins en moins de douleur mais plus du côté gauche que du droit. 

La situation stagne... On attends, attends et attends... 
Je vous passe les détails de la sonde urinaire, de la rupture de la poche des eaux effectuée par la sage femme, de ma bouche pâteuse (je ne peux ni boire ni manger) et de mon intense fatigue. 
Il est 13h30 c'est le moment "il faut pousser Madame". Trois sage femme viennent m'accoucher et mon conjoint est à mes côtés. 
Après pas mal de poussées, il est 14h04 bébé est né le 16/09/2016. 
Papa coupe le cordon puis on me pose mon petit trésor sur moi...
Sensation étrange au départ, elle est toute chaude, lourde et s'étale sur moi. Je suis abasourdie, choquée. Je suis maman ! 
Mon conjoint et moi nous regardons avec amour quelques instants.
Mais ce n'est pas fini. 
Bébé part avec papa et les sages femmes pour la pesée, etc... C'est dans la même pièce ouf ça me rassure. 
C'est bon. Il paraît que le plus dur est fait.
"Madame, il vous faut pousser encore"
Et oui, il faut sortir le placenta. Dans mon cas, impossible de le sortir... C'est assez rare. 
Appel de l’anesthésiste, redose de péridurale et la sage femme vient sortir elle-même le placenta pendant un bon moment... 
Je suis désespérée à ce moment là et très anxieuse.
Heureusement je regarde mon bébé avec son papa... 
Tout le bas de mon corps est totalement endormi je ne vous dis pas la sensation désagréable que je ressens. 
Ça y est, tout les soins sont terminés. 
On me redonne mon bébé qui fait sa première tétée et je patiente 2H en salle d'accouchement pour ensuite retourner dans ma chambre d'hôpital en chaise roulante où ma maman et ma sœur m'attendent avec impatience.
C'est sûr on garde à vie les souvenirs de l'accouchement. Avant qu'il ai lieu on s'en fait souvent une idée. Je souhaitais accoucher sans péridurale, le plus naturellement possible. Mes plans sont vite tomber à l'eau. Mais quoi qu'il arrive on est généralement super bien entouré et on zappe les mauvais passages pour en garder le souvenir de la rencontre avec son enfant.
Coralie

Commentaires

)